Les graines germées

Devenue une véritable mode, la germination hors sol (comprendre le fait de faire germer des graines chez soi autrement que dans un pot de terre) permet d’apporter à son alimentation des nutriments et vitamines en quantité souvent plus importante qu’en consommant la plante arrivée à terme.

Histoire des graines germées

Les graines germées ont quasiment toujours été utilisées, en connaissance de leurs bienfaits ou pas. On note par exemple que la première pharmacopée chinoise (qui date du 2e siècle après JC) fait état de l’usage de graines de soja germées comme un traitement contre divers problèmes de santé.

Après le 2e siècle après J.C, on retrouve régulièrement des traces d’utilisation de graines germées dans la cuisine et l’alimentation, que ce soit pour soigner ou pas, et on raconte même que le Capitaine Cook aurait lors d’un de ses voyages, préservé son équipage du scorbut grâce à un mélange de graines germées d’orge, d’eau bouillante et de miel.

De nos jours, on peut noter que les graines germées font partie intégrante de l’alimentation quotidienne de plusieurs peuples: chez les Hounzas par exemple (peuple installé entre le Pakistan et l’Ouzbékistan, et connu pour ses nombreux centenaires), on se nourrit entre autres, de graines germées sous forme de salades.

La germination étape par étape

Étapes de la germination
Étapes de la germination

La germination est le processus qui permet à une graine de pousser pour finalement devenir une plante.

En extérieur, la germination fait appel à différentes étapes au travers des quelles les graines doivent passer pour finalement germer.

Selon les plantes, ces étapes peuvent varier et ne pas faire appel aux mêmes éléments environnementaux et climatiques, mais généralement on constate que trois principales étapes sont nécessaires pour que la plante s’épanouisse : la vernalisation, l’imbibition et la dégradation des cuticules.

La première étape, celle de la vernalisation, est une étape durant laquelle un froid intense va ralentir la plante et lui permettre de passer en mode reproductif, pour germer et pousser.

La deuxième étape, celle de l’imbibition consiste à imbiber la graine d’eau pour qu’elle se remplisse entièrement. L’eau apporte à la plante une bonne partie des nutriments nécessaires à son développement.

La troisième et dernière étape repose sur la dégradation de la cuticule de la graine, c’est-à-dire sur le fait d’user en vue de percer la petite peau entourant la graine. Certaines plantes en sortent « seules », d’autres auront besoin de procédés plus complexes, comme le fait de passer par le tube digestif d’un animal par exemple.

Une fois ces trois principales étapes passées, et le germe sorti de sa « coquille », la plante peut se développer et les feuilles qui pousseront lui permettront de grandir encore grâce à la photosynthèse.

Pendant toutes ces étapes, la graine aura besoin d’eau. Une fois l’étape de vernalisation passée, la graine nécessitera un minimum de chaleur (la température nécessaire dépendra du type de graine concerné), et enfin, une fois la cuticule percée, la graine aura besoin de lumière, pour permettre aux feuilles de se développer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *